Hommage aux études de Romain.

LA GAULE...
CoolLa Gaule au temps de Jules César
Au début de son livre sur la guerre des Gaules, Jules César écrit : 
L'ensemble de la Gaule est divisée en trois parties. Les Belges en habitent une, les Aquitains une autre, ceux qui portent le nom de Celtes dans leur langue et Gaulois dans la nôtre, la troisième.Tous diffèrent par la langue, les coutumes et les lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des Belges par la Marne et la Seine

- l'Aquitaine : à l'ouest de la Garonne, habitée par les Aquitains qui étaient apparentés aux Basques et n'étaient pas Celtes,
- la Celtique, entre la Garonne et la vallée de la Seine, habitée par les Celtes ou Gaulois,
- la Belgique, entre les vallées de la Seine et du Rhin, habitée par les Belges.

Et les pays voisins : 
- la Bretagne, c'est à dire l'île de Grande-Bretagne, habitée par des Celtes,
- la Germanie, à l'est de la vallée du Rhin, habitée par les Germains qui avaient tendance à se déplacer vers l'ouest : la frontière est donc assez floue. 

Les auteurs grecs et latins considéraient parfois les Germains comme des Celtes : vu de Rome ou d'Athènes, on mettait facilement tous ces barbares dans la même famille !

 
Origine des Celtes
Les Celtes sont originaires de de la région du haut Danube, Bavière et Autriche :
- une première vague a déferlé sur l'actuelle France : ce sont eux que les Romains appellent les Gaulois
- une seconde vague a déferlé sur le pays au -IIIe siècle : ce sont les Belges installés au nord de la Seine et les Volques, installés entre le Rhône et la Garonne. Sur le plan linguistique, on peut supposer que le belge et le gaulois sont deux dialectes celtiques, très proches l'un de l'autre.
La Gaule au temps d'Octave Auguste
Octave, dit Auguste, reprend la division de la Gaule en trois régions, mais en les modifiant : 

- la Narbonnaise (la Provincia) ne change pas. Sa capitale est Narbonne. C'est la seule province sénatoriale, 
les autres sont des provinces impériales :
- l'Aquitaine s'étend au-delà de la Garonne, jusqu'à la Loire et au Massif Central, sa capitale est Bordeaux.
- la Lyonnaise, entre Loire et Seine, de Lyon jusqu'en Armorique, sa capitale est Lyon.
- la Belgique, approximativement entre Seine, Rhin et Rhône, sa capitale est Reims. 

Reims est l'ancienne capitale de la Belgique. Le nom de ce pays tombe ensuite en désuétude ; il est remis à l'ordre du jour lors de la Révolution : on s'inspire des noms antiques pour nommer les nouveaux pays, libérés du joug monarchique. La Belgique est ainsi créée ainsi que la République Batave, du nom du peuple qui résidait autour des Bouches du Rhin. Ce nom est aujourd'hui abandonné : on ne parle plus deBataves mais de Hollandais ou Néerlandais, il subsiste cependant pour désigner une laitue : la batavia.

Lyon est aussi la capitale des Gaules (les trois régions conquises par César).

Les Mérovingiens


CHAPITRE PREMIER : Les Francs avant Clovis


I : La Gaule, de la conquête romaine aux invasions barbares

 

            1° La romanisation de la Gaule (I° siècle avant Jésus-Christ au III° siècle après Jésus-Christ) – Suite à la conquête de la Gaule par les légions de Jules César[1], au cours du I° siècle avant Jésus-Christ, le pays avait été romanisé en l’espace de quelques décennies.

 

Au premier siècle avant notre ère, le peuple gaulois ne formait pas un ensemble compact, étant divisé en une soixantaine de tribus parfois rivales. Toutefois, les Gaulois, longtemps présenté comme un peuple barbare[2], étaient néanmoins dotés d’un savoir faire avancé[3] (invention du savon, du tonneau, maîtrise de la métallurgie et de la production agricole).

 

Pièces celtiques, I° siècle avant Jésus Christ, Deutsches historisches museum, Berlin.

 

Afin de présenter les Gaulois non comme un peuple conquis mais comme un peuple allié, les Romains décidèrent de faire participer les élites gauloises à la vie politique de la cité ; de nombreux Gaulois reçurent la citoyenneté romaine[4] ; enfin, l’Empereur Claude[5] fit entrer des Gaulois au sein du Sénat.

 

Suite à la conquête de la Gaule, les anciens oppidums[6] perdirent de leur importance, cédant leur place aux villes gauloises. Ces dernières, se développant autour du forum, centre économique de la cité, bénéficièrent considérablement du riche savoir-faire romain (plan urbain orthogonal, construction de thermes, théâtres, cirques, temples, aqueducs etc.). Les campagnes, quant à elle, répercutèrent ce changement, se réorganisant autour de ces nouvelles cités gallo-romaines.

En outre, afin d’améliorer les déplacements inter-urbains, les Romains construisirent près de 100 000 kilomètres de route en l’espace de plusieurs décennies (à noter  que ces derniers réaménagèrent souvent d’anciennes routes gauloises).

 

D’un point de vue administratif, la Gaule fut divisée en quatre provinces : Gaule Narbonnaise, au sud (il s’agissait de la première région gauloise conquise par Rome, en 120 avant Jésus-Christ) ; Gaule AquitaineGaule Lyonnaise, et Gaule Belgique.

 

Aux côté des cités anciennes comme Massilia et Arelate (aujourd’hui Marseille et Arles, fondées au VI° siècle avant Jésus-Christ), de nombreuses villes firent leur apparition, telles que Lutèce (Paris), Durocortorum (Reims, capitale de la Gaule Belgique), Lugdunum (Lyon, capitale de la Gaule Lyonnaise), Burdigala (Bordeaux, capitale de la Gaule Aquitaine), Augustodunum (ce qui signifie « forteresse d’Auguste », aujourd’hui Autun), etc.

Ces villes, importants centres sociaux-économiques mais aussi foyers de culture, furent appelées à jouer un rôle important au cours des siècles qui suivirent.

 

            2° Les premières invasions barbares (III° siècle au IV° siècle après Jésus-Christ) – Si quelques révoltes de moindre importance éclatèrent en Gaule lors du premier siècle de notre ère, le pays bénéficia de la pax romana pendant une très longue période.

 

a) L’érection du limes, la fin des conquêtes romaines (début du II° siècle) : toutefois, si Rome avait multiplié les conquêtes en l’espace de quelques siècles, dominant une vaste zone s’étendant sur tout le pourtour de la Méditerranée, l’Empereur Hadrien[7] décida de mettre un terme à l’expansionnisme romain à compter de 117 après Jésus-Christ.

Ce dernier, soucieux d’assurer l’intégrité des frontières, fit ériger le limes, un ensemble de fortifications et de retranchements, s’étendant du Rhin au Danube.

 

Mais si cette politique semblait avantageuse sur le court terme (permettant une réduction des budgets militaires), elle s’avéra désastreuse à long terme. Ainsi, les successeurs d’Hadrien ne tardèrent pas à faire face à de nouvelles offensives opérées par les peuples barbares, ces derniers ayant été épargnés pendant plusieurs décennies par les légions romaines.

 

b) L’anarchie militaire du III° siècle (235 à 268) : en outre, l’Empire romain connut une importante crise politique au cours du III° siècle de notre ère, qui se solda sur une guerre civile qui dura trente années[8].

 

En 259, un usurpateur, le général Postume[9], fut nommé Empereur par ses légions. Ce dernier, profitant de l’anarchie ambiante, donna naissance à l’Empire des Gaules, réunissant les différentes provinces de Gaule (à l’exception d’une partie de na Narbonnaise) et l’Hispanie (actuelle Espagne).

Postume, parfaitement romanisé, imitant les Empereurs romains (frappe de monnaie en latin, création d’un sénat, nominations de consuls, etc.), parvint à maintenir les barbares hors des frontières.

 

Mais en 270, à une époque ou la guerre civile touchait à son terme, Claude II le Gothique[10], l’Empereur légitime, décida de mettre un terme à l’Empire des Gaules. En 270, il assiégea Augustodunum, qui fut prise et pillée par les légions romaines (Tetricus, successeur de Postumus, fit reddition en 274).

 

c) L’apparition des Francs (vers 260) : à cette date, si la période d’anarchie militaire était achevée, Rome restait très marquée par la guerre civile. En effet, non seulement la lutte pour la couronne impériale continuait, mais en outre l’Empire romain était frappé d’une importante crise économique.

 

Les Francs, un peuple originaire de Germanie, avaient profité de l’anarchie militaire pour lancer une série de raids maritimes contre la Bretagne, les rives de la Loire, et les vallées de la Seine. Repoussés pendant un temps par Postume, ils s’installèrent en Batavie et en Toxandrie[11] à compter de 280.

 

A noter que les Francs ne formaient pas un peuple uni, mais plutôt une ligue à laquelle plusieurs tribus de Germanie décidèrent de participer : ChamavesChattuairesBructèresSaliens (plus tard rejoints par les Tongres, les Teuctères, les Ampsivariens et les Ubiens).

Toutefois, plusieurs interprétations sont à valoir en ce qui concerne l’origine du mot « franc. » Ainsi, certains historiens pensent qu’il serait issu du vieux germain franko, ce qui signifie « lance » ou « javelot », cette arme devenant le symbole de la ligue franque ; d’autre émettent l’hypothèse qu’il proviendrait du mot frakaz, ce qui en vieux germain signifie « hardi » ou « audacieux. »

 

d) Les Francs au service de l’Empire (IV° siècle) : en 287, le co-Empereur Maximien[12] décida de s’attaquer aux Francs, afin de reprendre le contrôle des embouchures de la Meuse, de l’Escaut et du Rhin (qui étaient d’importantes voies fluviales).

Gennobaud, chef des Francs, décida alors d’entamer des pourparlers avec Maximien[13]. Ce dernier accepta alors la soumission de Gennobaud, conférant aux Francs un statut de Lètes[14], ces derniers recevant l’autorisation de s’installer en Toxandrie, derrière les rives du Rhin.

 

Malgré quelques escarmouches livrées contre l’Empire romain, les Francs restèrent relativement fidèles à Rome, contrairement à d’autres tribus germaniques bien plus remuantes.

A compter du IV° siècle, à une époque où de nombreux citoyens romains refusaient d’effectuer leur service militaire[15], les Empereurs romains furent contraints de faire appel à des auxiliaires germains, dont plusieurs chefs francs.

Ces derniers, occupant des postes de généraux, consuls[16] ou magister militum[17], la réussite des Francs fit de nombreux jaloux, à Rome comme en Gaule, de nombreux citoyens romains n’appréciant guère la montée en puissance de cette tribu.

 

A cette date, les Francs étaient divisés en deux principaux clans : les Francs Saliens[18], en Toxandrie, et les Francs Ripuaires (ou Rhénans), établis sur les bords du Rhin. Cependant, si l’Empereur Julien[19] accorda aux Francs Saliens le statut de fédérés[20], en 358, les Francs Ripuaires restaient hostiles à la domination romaine.

 

Les Francs au III° siècle.

 

            3° La chute de l’Empire romain (V° siècle après Jésus-Christ) – Le début du V° siècle fut marqué par la rapide progression des Huns, un peuple originaire d’Asie.

 

a) L’époque des grandes invasions : ce peuple, réputé pour sa sauvagerie, emplit d’effroi de nombreuses tribus germaines (VandalesWisigothBurgondesSuèvesAlains, etc.), qui, fuyant devant les nouveaux envahisseurs, traversèrent le Rhin en toute précipitation.

En 406, alors que les Saliens protégeaient tant bien que mal les provinces de Gaule Belgique et de Germanie, les Francs Ripuaires pillèrent Augusta Treverorum (aujourd’hui Trèves, en Allemagne), cité possédant à cette date un statut de quasi-capitale.

 

A cette date, l’Empire romain était en pleine décadence, l’Empereur Théodose ayant décidé à sa mort, en 395, de diviser son héritage en deux entités : pour son aîné, Arcadius, l’Empire romain d’orient (composé de la Grèce, de l’actuelle Turquie, du Proche-Orient et de l’Egypte) ; pour son cadet, Honorius, l’Empire romain d’occident(Italie, Gaule, Bretagne, Hispanie, actuel Maghreb).

Ainsi, alors que la situation avait été à peu près bien maîtrisée jusqu’à cette date, non seulement les invasions continuèrent, mais en outre, Orient et Occident cessèrent de s’aider mutuellement, allant même jusqu'à s’attaquer par tribus barbares interposées…

 

b) Nouvelles conquêtes des Francs : profitant de l’anarchie ambiante et de la déliquescence de l’Empire romain (à noter que Rome fut prise par les Wisigoths en 410), les Francs Saliens, sous la conduite de Clodion le Chevelu, franchirent le Rhin en 428 et progressèrent vers le sud, en direction de Tournai et Cambrai.

 

Clodion le Chevelu, par Paul Lehugeur, XIX° siècle.

 

Toutefois, le général romain Aetius, qui avait déjà repoussé les Francs Ripuaires sur les rives du Rhin, parvint à battre les Francs Saliens en 431.

Toutefois, si Clodion n’était pas en mesure de négocier, Aetius n’avait pas les moyens d’occuper la région où s’étaient installés les Francs. Ainsi, il consentit à renouveler leur statut de fédéré, leur accordant le droit de s’installer à Tournai.

 

Expansion des Francs vers l'an 460.

 

c) Aetius, le dernier des Romains : par la suite, Aetius lutta contre les Burgondes et les vainquit, leur accordant néanmoins le statut de fédérés et leur permettant de s’installer dans la région du Jura. Les Francs Ripuaires, isolés depuis la migration de leurs cousins saliens, décidèrent alors de s’allier avec les Burgondes.

 

En 451, alors que Rome avait perdu le contrôle de l’Afrique (tombée entre les mains des Vandales), de la Bretagne (devenue indépendante), de l’Aquitaine et de l’Hispanie (régions conquises par les Suèves et les Wisigoths), Aetius parvint néanmoins à stopper la progression des Huns, grâce à une coalition regroupant plusieurs tribus germaniques (Francs, Alains, Burgondes, Wisigoths, etc.).

La bataille des champs catalauniques fut un succès pour Aetius et ses alliés, mais l’Empire romain était bien trop endommagé pour pouvoir tirer profit de cette victoire (à noter qu’Aetius fut assassiné par l’Empereur Valentinien III en 454, jaloux de son succès).

 

En septembre 476, Romulus Augustule[21], le dernier Empereur romain, fut déposé dans l’indifférence quasi-générale, de nombreuses provinces de l’Empire ayant cessé de reconnaitre depuis une vingtaine d’années les derniers occupants du trône impérial.

_________________________________

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

11.06 | 21:28

ma petite puce ,je reviens sur ta page d’accueil que tu avais si bien faite je sais ô combien tu aimais tes enfants!! C' était la meilleure chose que tu avais .

...
08.10 | 21:44

Courage ma douce Marie- Odile, je partage de tout coeur votre souffrance mon Dieu perdre un enfant ,j'adore les roses que Romain en reçoive d
es

...
09.08 | 21:24

Je connais votre souffrances j'ai moi-même perdu une petite Celine qui est parti dans ce grand jardin que l on appelle le paradis bon courage à vous

...
20.05 | 02:27

Je ne vous connaissais pas avant ce soir, mais j'ai très vite compris pour votre fils. Je vous souhaite de tout coeur force et espoir afin de le retrouver.

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE